La République de Crimée va accueillir son premier casino en 2022

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev vient de faire une annonce qui ne risque pas d’apaiser les tensions autour de la situation en Crimée : un casino va prochainement voir le jour dans le village de Katsiveli. Prévu pour 2022, ce projet s’avère assez complexe à réaliser…

Découvrez vite les meilleurs casinos en ligne autorisés par la CFMJ
1
Casino777 .ch Bonus de 877CHF
Russie casino Crimée

Un contexte géopolitique défavorable

Il faut savoir que la Russie entretient des rapports délicats avec les casinos. Depuis 2009, ces établissements sont tout simplement interdits, à l’exception de quatre zones où les jeux d’argent sont autorisés : Primorié, Azov City, Yantarnaya et la Monnaie de Sibérie. Deux nouvelles zones ont récemment été ajoutées avec Sotchi et la Crimée, cette dernière suscitant de nombreuses interrogations à l’échelle internationale.

La République de Crimée a été annexée en 2014 par la Russie et cette manœuvre a été majoritairement condamnée par les pays occidentaux, les Etats-Unis en tête. Des sanctions ont donc été prises contre les Russes et celles-ci sont toujours d’actualité. Comme souvent, l’Union Européenne a suivi l’avis des Américains et interdit aux états membres d’effectuer le moindre investissement en Crimée.

Un projet avec de réelles contraintes

Les sanctions écartent donc d’emblée les investisseurs occidentaux pour ce futur casino prévu en 2022. Ainsi, le projet devrait selon toute vraisemblance être confié à une société russe, chinoise voire même cambodgienne. Basé au Cambodge, Naga Corp est d’ailleurs déjà en train de construire un casino dans la zone de Primorié : le Naga Vladivostok. La firme peut donc vouloir faire coup double en Crimée, même si la situation est sensiblement différente dans ce territoire annexé.

"Le projet devrait selon toute vraisemblance être confié à une société russe, chinoise voire même cambodgienne."

En effet, tandis que le Primorié dispose de nombreuses infrastructures à ses alentours, la Crimée reste assez pauvre et le premier aéroport est situé à plus de 70 kilomètres. Les joueurs ne vont pas forcément pouvoir accéder au casino dans les meilleures conditions possibles, et certains observateurs doutent du potentiel de ce futur établissement, à moins bien sûr que la Russie investisse massivement dans cette zone… Affaire à suivre.