L’Allemagne dans la tourmente face aux opérateurs de jeux

Le 1er juillet 2021, le nouvel accord de tolérance lié aux paris sportifs et casinos en ligne doit permettre aux opérateurs de jeux de demander une licence auprès d’un organisme de régulation. Les casinos en ligne dans le monde voient les pays contrôler de plus en plus leur présence. Dans la réalité, l’Allemagne ne sera pas prête pour un tel chantier, de plus, les opérateurs « légaux » semblent lésés.

Jouez sur les meilleurs casinos en ligne en Suisse :
1
Casino777​.ch Bonus de 777CHF+CHF100 sans dépôt
2
7​Melons
3
My​Casino​.ch Bonus de 300CHF+ 200 Tour Gratuits
Allemagne accord de tolérance

Le nouveau régulateur des jeux n’est pas prêt

Il semble que rien ne soit prêt en Allemagne pour mettre en place cette phase de transition liée aux paris sportifs. Face à la montée des opérateurs venus de l’étranger et le manque de contrôle de l’État face à eux, le pays avait décidé de mettre en place à partir du 1er juillet un organisme de régulation des paris sportifs en ligne.

Celui-ci aura pour but de délivrer des licences et autorisations d’exercer aux casinos et sites de paris sportifs qui respecteront les nouvelles réglementations Allemandes.

Le régulateur de jeu prévu devrait être géré par l’État de Saxe-Anhalt, mais rien n'est prêt en mars 2021. Celui-ci commence seulement à recruter du personnel et ne semble pas pouvoir être prêt à gérer l’afflux de demandes des opérateurs dans les temps.

Selon Joerg Hofmann, du cabinet d’avocats Melchers, cela pourrait entraîner un retard allant jusqu’à 18 mois. Mais comme vous allez le voir, les opérateurs ne sont pas si pressés d'intégrer ce nouveau système.

Le point le plus sensible [...] réside dans le fait que les opérateurs auront tout à perdre d’être légaux.

Un désavantage concurrentiel pour les futurs opérateurs légaux

allemagne loi jeux en ligne

Le point le plus sensible et le plus contradictoire dans ce nouveau régime de transition en Allemagne réside dans le fait que les opérateurs auront tout à perdre d’être « légaux ».

Le but du pays est de vérifier que chaque site qui opère sur son territoire est fiable, afin de protéger ses joueurs, mais dans les faits, l'État souhaite mettre des restrictions assez sévères.

La publicité des machines à sous et l’envoi de bonus vers les clients seront en effet interdits, certains sports comme les arts martiaux ou les sports électroniques seront interdits à la prise de paris, les enjeux possibles sur les machines seront de 1 € maximum et la limite de dépôt mensuelle sera fixée à 1 000 €.

Des restrictions qui font perdre énormément d’argent aux opérateurs, comme l’atteste LeoVegas qui a vu ses revenus baisser de 50 % sur les machines à sous.

Dans ce nouvel environnement, les casinos en ligne sans licence risquent de continuer de prospérer et les casinos légaux auront eux un désavantage certain.

Bien que l’État souhaite mettre en place des blocages de sites, l’expérience Suisse a montré que dans la réalité à peine 20 % des blocages sont réellement efficaces et que les joueurs continuent à avoir accès. L’Allemagne est dans la tourmente.